Partagez | 
 

 [RP FERMÉ] [Raito x Night] Ambiance poisseuse

Aller en bas 
AuteurMessage
Raito Ichii

avatar

Age : 97


MessageSujet: [RP FERMÉ] [Raito x Night] Ambiance poisseuse   Lun 26 Fév - 13:39

Prologue :
Connaissez vous le sentiment d'un retour d'une longue absence ?
Regardez bien, c'est ce qu'allait vivre notre cher Raito Ichii, petit ectoplasme blagueur, une fois que celui-ci aura déposer ses magnifiques voûtes plantaires sur le sol de la ville qui abrite ses amis. Il ne savait pas si il allait en retrouver, il ne savait rien de ce qu'était devenu cette métropole. Cependant il était sûr d'une chose, c'est qu'il allait s'y plaire.
Introduction :

HLM du Marché Noir, dans les environs de 01:54 -

L'Esprit mal élevé jetait un rapide regard en direction des ruelles pourries et empestant l'alcool à tout va, avant de déposer ses yeux sur le rebord du toit d'un genre d'HLM, fait d'un vieux minerai. Il se dirigeait droit devant, ses pas produisant des sons d'air comprimé qui tentait de s'échapper d'une bouteille de soda bien secouée. L'ambiance qu'il observait commençait à lui plaire, un léger sourire vint à se dessiner au coin de la bouche de la poussière sur pattes. Malgré le fait qu'il pouvait respirer pratiquement par toute l'arborescence de son corps, celui-ci mimait une respiration par voie nasale. Ses pectoraux se levaient au ciel, il désarticulait sa nuque, ses yeux en direction du ciel. Il serra les poings, ses doigts transparents intégrant pratiquement l'intérieur de sa paume. Le contrôle de son propre corps était difficile, après 1 an de disparition, ce n'était qu'à l'instant qu'il redécouvrait le déplacement, la motricité.. 1 an. Une année dans un placard, à se cacher du monde.
L'esprit fantomatique n'était habitué qu'à ses bonnes vieilles amitiés.
Il expirait, relâchant tout son corps comme une presse hydraulique qui voulait atteindre le sol. Il déposait ses deux pieds contre le rebord, 30 mètres le séparait du sol. Fléchissant ses genoux, il pouvait presque poser son arrière train brumeux contre le rebord. Soudain, ses pieds fusèrent, l'Esprit semblait avoir disparu à la vue d'un humain, en vérité, il avait exécuté un saut digne d'un ninja, rabaissant sa tête en direction du marché noir, collant ses bras à ses vêtements qui flottaient dans le ciel. A l'arrivée, il passait ni vu ni connu à travers le sol, produisant un léger mouvement de poussière qui passait pratiquement inaperçu, la poussière et la pollution étant fréquente dans ce genre d'endroit, de la saleté qui se manifeste volontairement ne devrait pas étonner quelques uns. Notre jeune Raito réapparaissait dans les recoins d'une ruelle menant vers le Marché. De son air triste et déprimé, il ne fit paraître aucune émotion désormais, ses pupilles revenues à leur état initial, il avançait en direction du regroupement de ces alcooliques poisseux.

Marché Noir, dans les environs de 02:15 -

Raito redécouvrait l'ambiance presque matinale de la métropole. Les monstres inconnus qui aboient, les cris de femmes cliché ou encore les combats de rues fréquents. Il soufflait du nez, produisant un bruit de rire nerveux, paraissant même hautain à la vue de ces inférieurs.
Il avançait machinalement, semblant chercher un stand intéressant, certes illégal, mais amusant. Un homme au fond, casquette bleue, de corpulence assez fortes, des boutons sur pratiquement l'intégralité du corps, on aurait dit une calculatrice [éligible à la nouvelle réforme du gouvernement pour le Bac 2018, bien qu'elle a été annulée] semblait tenir un stand de forces contre les esprits frappeurs. Quand notre cachet d'aspirine l'aperçu, il levait son index au ciel, le déposant sur sa tempe et déclarant à lui même, comparable à un schizophrène

- J'ai trouvé, ça s'annonce amusant.

Plutôt contradictoire de prononcer cette phrase par un air de dépressif et sans émotions. Il tournait son visage de droite à gauche, affichant ses joues à chacun des passants. Quand le moment était venu, il passait alors à travers le sol à une vitesse presque hypersonique.
Il déboulait le long des sous terrains, percutant les vers et tout autre type de monstres répugnants que l'on peut trouver dans nos terres. D'une forte odeur d'adolescence pré-pubère et de semence de boutons mûre prêt à exploser, il savait qu'il était arrivé à destination. Raito élançait ses deux longs bras qui s'allongeait de plus en plus, comme un élastique ou encore un chewing-gum, il saisissait les pieds du stands qui étaient enfoncé à ras le sol, pouvant s'écrouler à n'importe quelle petite brise de vent venait effleurer celui-ci. Tel l'esprit frappeur clown et.. pas drôle qu'il était, il bougeait le stand de l'homme dans tous les sens, le faisant trembler comme dans un mauvais film tourné par un individu possédant Parkinson. Le propriétaire du stand commençait à transpirer à grandes gouttes. Une production de sel était moins productrice que sa peau à l'heure qu'il était. Ne pouvant s'empêcher d'émettre des bruits de chien battu, il trouvait la force de sortir ces quelques mots.. "Arrêtez, s'il vous plait... Partez d'ici !".. Pathétique. Le marché noir récoltait de plus en plus d'habitués, des monstres et des pouvoirs ici, on en croise tous les jours. Cet homme pleurnichard était la contradiction du terme "habitués". De retour vers notre esprit, on pouvait l'apercevoir rire au larmes, fier de sa blague un peu démodée pour les fantômes.
Comme dans un bon spectacle de comédien, il fit une entrée frappante, lâchant les pieds du stand et dévoilant la moitié de son visage à même le sol, son sourire d'escroc étant la dernière chose que l'on voyait sur lui. Après un petit temps d'arrêt à apercevoir l'homme en panique, qui n'arrêtait pas de le fixer des yeux comme pensant lui jeter des sorts anti-démons [franchement se serait plus pratique de jeter tout le sel, qu'il amassait sur sa propre enveloppe corporelle, sur notre petit être fantomatique] Raito dévoilait désormais son corps complet. Il déposait tranquillement ses coudes contre le rebord du stand, respirant un coup après tout ces rires qui l'ont essoufflé.

- Bonsoir mon beau, ça m'intéresserais de vous acheter ce petit livre sur votre droite, vous permettez ?

Entrée spectaculaire, phrase choc de cliffhanger, un bon 20/20 aurait pu être attribué à Raito.
Le livre dont parlait celui-ci présentait sur sa couverture des gravures d'or énonçant :

"Se protéger contre les esprits frappeurs"

Bien-sûr, débourser de l'argent pour un livre si inutile était sans façon.. A part si ce n'était pas son argent ! L'Esprit glissait sa main transparente à travers la machine qui entreposait les pièces et billets récoltés, digne d'un espion, il fronçait des sourcils, se rappelant que celles-ci ne passeraient pas à travers la machine contrairement à sa main. Ses pupilles se dilataient, ses paupières se ferment alors et Raito se concentrait. Une aura noire apparaissait tout autour de son corps, provoquant des particules semblable à du journal qui brûle, imposant une ambiance de mort et d'Enfer. Ses doigts, déposés contre le métal froid de la machine commençait à le faire fondre progressivement. Les pièces tombaient une à une au sol.
Étonnant de la part de notre fantôme clown d'avoir pu développer un sort si puissant.
Durant sa disparition, il s’entraînait tous les jours dans son placard, libérant ses chakras et autres aspects négatifs de sa propre personne. Il apprenait à canaliser ses forces et pouvoir développer certaines magies noires puissante.
Il saisissait les pièces au sol bouillant, et après son petit spectacle qui avait effrayé la moitié de la population de la ruelle, les freinants sur place, il tendait celles-ci au gérant du stand, lui adressant un sourire en signe de respect. L'individu boutonneux lui indique d'un geste de la main qu'il ne voulait pas prendre les pièces et que l'Esprit pouvait partir avec le livre gratuitement.

- Pff, trop facile.. Vous êtes tous moins drôle que dans mes souvenirs.

Quittant la scène macabre sans réagir à ce qu'il venait de provoquer, il s'asseyait en tailleurs contre le mur d'un HLM, feuilletant le livre contre les personnes comme lui, léchant ses doigts [ce qui était inutile pour un fantôme..] pour tourner les pages qui émettait un bruit assez satisfaisant.
Revenir en haut Aller en bas
Night Elensar

avatar

Age : 25


MessageSujet: Re: [RP FERMÉ] [Raito x Night] Ambiance poisseuse   Sam 3 Mar - 21:16

Dans son séjour précipité à travers les Royaumes, Night avait oublié de se procurer des outils de faussaire dignes de ce nom que l’on ne trouvait, malheureusement, que dans une époque avancée en terme de « technologie magique ».Sa reconversion professionnelle ne serait que de courte durée, du moins l’espérait-il. Le temps de pouvoir visiter les Gardiens, en théorie.
Usurper un document dans un environnement dépourvu de magie - autrement dit, lorsqu’il s’agit d’une production humaine - nécessitait de base une grand dextérité et un œil attentif et méticuleux... Mais reproduire un parchemin, par exemple, rédigé par un être magique, qui plus est dans le Monde Magique, relevait d’un véritable tour de force. En effet, chaque être laissait une espèce d’aura. Aura d'autant plus présente lorsqu'un sceau était d'ailleurs apposé. Evidemment, cette spécificité n’était pas connue de tout le monde, mais mieux valait être prudent et pointilleux s’il souhaitait se jeter dans la gueule du loup.

Pour l’occasion, le grand brun avait revêtu des vêtements modernes - histoire de ne pas se faire repérer. Pourtant, vu les visages déformés (ou défigurés) de certains, une tenue moyenâgeuse n’aurait pas suscité le moindre chuchotement. Pas de Christina Cordula en vue ni de pimbêche accro à la mode dans un endroit pareil !

Un jean noir, un t-shirt gris foncé Nirvana et une chemise d’un rouge amarante déteint en flanelle. Mains dans les poches, manches retroussées, il ne craignait pas le froid et marchait comme s’il se baladait dans un parc. Ses boots Chopper imposaient le rythme contre le goudron humide. La dernière fois qu’il était venu au Marché Noir, il avait essayé de n’être qu’une ombre pour éviter les ennuis ou tout simplement pour ne pas croiser quelqu’un. L’un allant souvent avec l’autre et vice-versa. Cette nuit, il s'en fichait un peu (beaucoup ?).

D’un air songeur, il se stoppa presque net et baissa la tête vers son pantalon, cherchant un objet au fond de sa poche avec quelques difficultés, sa montre-bracelet souhaitant vicieusement se prendre dans le tissu rugueux.
Il sortit son smartphone et des écouteurs, bien évidemment emmêlés. Le lutin avait encore frappé. Dans un lieu comme celui où il se trouvait, n'importe quel touriste de base aurait peur de se faire piquer son téléphone. Mais cela n’avait rien de logique, il y avait bien plus précieux sur les étales de la rue principale et alentours ! Qui voudrait d'une liste de numéro et d'une play-list foireuse ? A moins que ce ne soit sa gueule de mec perdu bien sous tout rapport au milieu d’un ramassis de créatures non-recommandables qui allait lui attirer des ennuis ? Un froncement de sourcils agressif afin accentuer son regard d’un bleu mortuaire avait été suffisant jusque-là. S’il fallait sortir les crocs, il n’était plus un chiot. A quelques situations près.

« Hmmmn... songea-t-il en regardant autour de lui pendant qu’il démêlait ses écouteurs grossièrement.

Première étape : trouver de quoi falsifier des documents. Deuxième étape : trouver un cadeau pour Aysel et sa grand-mère. Troisième étape : trouver à manger. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas régalé de quelques artères, de quelques muscles ou de quelques organes frais et palpitants sous sa langue. Ce point serait plus difficile à assouvir compte-tenu de la qualité de la viande qui se mouvait autour de lui. Fine bouche ?

Equipant ses oreilles en prenant le risque de se couper du monde et brouiller son ouïe, il compterait sur son odorat et ses réflexes en cas de problème imprévu. Il rangea aussitôt son appareil dans sa poche arrière et reprit son chemin.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A peine quelques minutes et voilà que le lycanthrope hurlait déjà à la lune, bien haute dans le ciel, prenant un malin plaisir à casser les tympans des passants. Faut dire que cette oeuvre musicale reste facilement en tête ! Mais dans ce moment de faiblesse presque consciemment recherché, Night ne fit pas attention à la silhouette fantomatique qui semblait adossée au mur d’un HLM et qu’il venait tout juste de dépasser pour rejoindre définitivement le chemin principal avec ses grandes échoppes. L’absence d’odeur et la sensation d’un coup de vent aurait dû faire raisonner des signaux d’alerte mais la chanson le décontractait tellement (en même temps, elle est grave cool), qu’il ne pouvait que se focaliser sur la mélodie, les paroles, et les tâches pour lesquelles il venait se balader dans ce fourbi crasseux sans jolies femmes, HÉLAS !

- Ouuuuuuuuuuuuuuuuuuh...baby I love your waaaaaay...every daaaayYyaaaay... »

Il ferait moins le fier lorsqu’il serait vraiment submergé par la foule. Il serait même obligé de se la fermer et de changer de registre de peur de finir comme Assurancetourix...voire même pire.


Revenir en haut Aller en bas
Raito Ichii

avatar

Age : 97


MessageSujet: Re: [RP FERMÉ] [Raito x Night] Ambiance poisseuse   Jeu 8 Mar - 7:08

Le vent qui traversais les pages du livre suivi des imperfections du mur de l'HLM qui semblaient invisible à travers le corps du fantôme rendait la nostalgie du lieu encore plus réelle pour Raito.

Son corps d'ectoplasme se réchauffait par l'ambiance de l'environnement. Ses vêtements relatant de son décès, ce jean bleue slim lui serrant les mollets dévoilant des parties légèrement bleutées par la pression du tissu sur son corps, son long gilet blanc qui ne lui allait pratiquement pas, nageant à l'intérieur. Tous flottaient dans les airs, diffusant une odeur de vide et d'obscurité pour les passants. Ses cheveux blancs et longs tombaient sur son visage, cachant ses yeux et sa vue, ses mèches se rebellant à chaque courant d'air engagé dans sa direction.

Ses yeux dévorèrent les écritures à l'encre du livre de plus en plus rapidement, défiant les lois de la vitesse. Il découvrait au fur et à mesure de sa course contre les pages, un secret bien enfoui des religieux qui se bataillaient contre les êtres fantomatiques en tout genre. Une illustration ornée de diamants incrustée à la feuille blanche et propre du livre dévoilait le dessin d'une relique suivi de sa description.

"Tout être qui parviendra à obtenir la relique se verra vivre"

Raito s'éclaircissait du visage, il entrouvrait un moment sa bouche, déposant ses doigts en direction du creux de son menton. Se pourrait-il qu'il puisse renaître de ses cendres ? Son corps de phasme translucide ne lui plaisait plus, ce serait l'idéal, voir même un miracle, comme quand nous pensons que Michael Jackson n'est en réalité pas mort, de même pour Tupac, à une chose prêt, Raito n'est pas si connu et charismatique qu'eux, enfin il ne l'est pas du tout.
Il fixait le dessin continuellement, se remémorant les étapes du passé, avant sa mort. Ses rencontres, ses amis. Faire des choix dans la vie, c'est pas tellement facile, mais quand vous êtes un fantôme qui ère dans des ruelles pourries depuis des années en réalisant tout type de rencontres aussi étranges les unes que les autres mais attachantes et que soudainement nous vous apprenons que vous pourriez reprendre vie, c'est tout de suite complexe.

Par un geste vif, il rabattait son bras droit pour venir à fermer le livre, produisant un bruit de râle, évacuant la poussière qui traînait par ci par là. En relevant son visage, regard en direction de la rue, il fronçait les sourcils pour se concentrer sur un des passants.
Un type vêtu d'un jean noir et d'une chemise rouge assez ridicule se trémoussait, écouteurs aux oreilles. Raito déposait ses paumes au sol pour enfin fléchir ses bras et remonter ses jambes à hauteur initiale. Il déposait cette même main, qui lui avait servis de créer une ambiance intrigante en se touchant le menton, derrière son crane, perdant ses doigts dans ce long fleuve de cheveux blancs.

- C'est lui ? Night ?

Après tout ce temps, il devait être logique que notre fantôme favori se créé des illusions et devienne fou. Il déboulait en direction de la ruelle, gardant un œil attentif sur le type qui exerçait des pas rythmés, surement en rapport avec ses écouteurs. Il ouvrait son fin gilet, cachant le livre dans une des grandes poches intérieures. A pas de course, il sautait au sol, snobant les passants, afin de passer à travers l'épaisse couche terrestre. Retour sous terre, mais pas pour une blague cette fois-ci.
Il dévalait les mines souterraines, passant par des caniveaux et tout autre d'endroits glauques tel que des bunkers de débauchés.
L'aura noire qu'avait développé Raito avait disparu, s'étant dissipée. Elle faisait place à une aura plus claire, visible à l’œil nu. Ressentant la présence du rythme des chaussure de son - probablement - ami, il remontait en direction de la surface, perçant la foule située à travers son chemin, provoquant un cercle de foule qui entourait le type aux écouteurs et le poussiéreux fantôme. Il déposait ses pieds à terre, coulant ses bras le long de son corps pour enfin dévoiler un sourire sincère sur son visage.

S'il pouvait sauter sur l'homme pour vérifier si c'est bel et bien le vrai, ou encore se pincer pour savoir s'il n'est pas dans un rêve, Raito l'aurait fait, mais sous le coup de l'émotion, aucune réaction mis à part son sourire malaisant ne voulait se manifester.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP FERMÉ] [Raito x Night] Ambiance poisseuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP FERMÉ] [Raito x Night] Ambiance poisseuse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elfs-School :: Métropole :: Quartier Sud :: Marché Noir-
Sauter vers: