Elfs-School
Bienvenue !


Dans l'Univers d'Elfs-School, les êtres magiques peuvent aller et venir entre deux mondes sans représailles, et inversement.

Dans le Monde Magique, la guerre, courte mais intense a eu raison de la volonté du Roi et de la noblesse. Ils s’effacent petit à petit du pouvoir...préférant oublier ou repousser leurs responsabilités. La Monarchie s’essouffle et l’ensemble des sangs bleus souhaitent se détacher de leurs obligations pour venir à un système plus moderne.

Intéressés par la nouveauté et l’évolution exponentielle chez les Humains, beaucoup décident alors de revenir ou de vivre au grand jour, loin de la cour, chez les humains, laissant le Monde Magique se suffire à lui-même...mais ne se doutant pas un seul instant que “qui va à la chasse...”...

Dans le Monde des Humains, c’est ainsi qu’Elfs-School est créée. Il s’agit alors de la première école accueillant ouvertement des êtres magiques ou des humains aux capacités extraordinaires...


...Mais avec l’affaiblissement des grandes familles ayant plus ou moins délaissés (ou délégués) leurs trônes et la bonne entente constatée entre humains et êtres magiques, une nouvelle institution a fait son apparition: le Conseil de la Coexistence.

Ce dernier s’est petit à petit affirmé au sein du Monde Magique et influence de plus en plus le Monde des Humains, prônant une Paix idyllique entre les deux territoires. Mais le Premier Ministre, à la tête du CC, froid et mystérieux, a des ambitions peut-être bien moins honorables qu’il n’y paraît...

La vie politique rattrape donc l’ensemble des créatures...et en ces temps instables, celles-ci devront bientôt faire un choix. Le retour d'un Roi ? La suprématie d'une démocratie corrompue ? A moins que l'anarchie ne vienne elle aussi prendre sa place dans le jeu.


Quel rôle tiendras-tu dans cet échiquier géant ? Quelles seront tes convictions politiques ?


Viens nous rejoindre pour le découvrir !


 

Partagez | 
 

 [ RP Ouvert ] Les prémices d'un long séjour.

Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier
Age : 25

Messages : 1567

avatar

Night Elensar
MessageSujet: [ RP Ouvert ] Les prémices d'un long séjour.   Sam 20 Jan - 17:50

Débarquer dans le monde magique après tant d’années revenait à faire un bon dans le temps pour Night. Si les conditions avaient été différentes, peut-être aurait-il pu savourer cette aventure avec plus de plénitude et à sa juste valeur.

Par ailleurs, en regardant la porte derrière lui, faisant office de pont vers le monde des humains, Night songea qu’après la soirée chez Cloud, il ne s’était pas donné la peine de laisser un mot ou de signaler que son départ était IMMÉ-DIAT. L’inquiétude que pouvait suggérer ce manque de clairvoyance ne l’accapara qu’une fraction de seconde : le temps de hausser les épaules et de se tourner.

A quelques encablures de la zone boisée où il était se trouvait le premier village qui lui permettrait de prendre des vivres et un cheval. Même s’il avait le temps de traîner des pieds et de s’autoriser des largesses en contemplant gaiement le paysage, la flemme bien ancrée du monde moderne ne le quittait pas, même ici !

『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』


Le claquement des sabots contre les pavés réguliers de pierres bleues vibraient à travers les ruelles de la cité. Les bâtiments, de par leur hauteur vertigineuse, faisaient office de caisse de résonance, ajoutant à l’écho habituel qu’offrait la roche. Perché à travers les nuages, le Royaume des Strife était pourtant bien installé sur un promontoire gréseux tirant sur le gris et le blanc, couleurs qui, à loisir, prenaient celles du ciel.

Le loup n’était venu ici qu’à de très rares occasions et ces dernières étaient souvent très courtes car liées à des histoires de couronnements. De fait, il n’avait pas remarqué à quel point le village semblait riche et bien entretenu : signe de prospérité, sans aucun doute. La misère étaient absente de l’asphalte ou alors, très bien cachée. Du haut de son Altwürtemberger à la robe de bai, Night distinguait une foule de gens issue d’une haute naissance ou florissant dans les affaires : leur port légèrement altier, retenu, leur garde-robe de velours avec des teintes rappelant l’environnement dans lequel il était en train de lui-même évoluer... De temps à autre, des têtes se tournaient ou se redressaient vers lui avec curiosité ou tiédeur, lui rappelant presque subtilement que sa tenue n’était pas inscrite dans le registre de la Bienséance au pays des anges.

Au détour d’un chemin, la monture et son maître arrivèrent face à la chapelle latérale, preuve irrémédiable qu’ils étaient arrivés à destination. Avide de retrouver une si belle vue et d’en abreuver ses yeux avec allégresse, le (plus si) jeune Elensar s’enquit de faire le tour de la Cathédrale de l’Archange comme pour toiser la bête, et ce, avec une lenteur expressément souhaitée. Dès la façade occidentale, il pouvait apercevoir le Palais des Cieux au loin, qui aurait presque donné l’impression de surplomber le lieu sacré. Hérésie ou sens de l’esthétisme ? Côtés nord et est, rien de nouveau : il resta bouche bée face à la folie des grandeurs dont avait été foudroyées les créatures ailées. Il était temps d’entrer et de s’atteler à sa mission !

Night descendit de son cheval de selle et le harnacha auprès de congénères dociles, élégants mais moins robustes. Des purs-sangs probablement. En s’orientant vers le parvis, il observa une bonne poignée d’individus pénétrer l’édifice, formant petit à petit un entonnoir pour s’engouffrer entre les portes géantes. Profiter des heures d’ouverture au public dans le but de faire du repérage en toute discrétion était une tactique simple et d’autant plus efficace qu’il n’aurait pas à s’y reprendre deux fois. En effet, plutôt amateur d’histoire et d’histoire de l’art, l’étude des cathédrales et de leur architecture s’expérimentait dès la première année de faculté. Ainsi, les éléments essentiels en lien avec sa pseudo-quête devraient lui sauter aux yeux. Enfin, en théorie, car il ne savait pas trop quoi chercher exactement en attendant que Cloud ait glané les informations sur le lieu de sauvegarde (ou de repos ?) de l’épée de Dieu, la seule capable de vaincre un dragon et possiblement jouer à armes égales avec ce maudit Conseil de la Coexistence. Conseil qui s’évertue à détruire la royauté et la noblesse derrière une démocratie corrompue et vénale...

A l’intérieur, la luminosité était telle que l’on ne savait dire si elle inspirait un sentiment chaleureux ou une froideur de glace. Cependant, à la vision des expressions admiratives pour les plus néophytes, et ferventes pour les plus croyants, l’accord était à la fois universel et tacite : la pureté du lieu transperçait l’âme.
Le circuit de la visite se dessinait de manière classique : le narthex, la nef, le bas-côté nord, le transept puis le bas-côté sud qui ramène inexorablement vers la sortie... Issue à éviter jusqu’à la fin des visites...et des recherches !

L’immensité de l’endroit couplé à l’émerveillement des badauds permirent au grand brun de s’éclipser à travers un interstice dissimulé par l’imposante carrure de la statue de Saint-Gabriel. Celle-ci ornait l’un des quatre piliers délimitant la croisée du transept, face au chœur. Cette cachette donnait une vue sur l’ensemble de la cathédrale ou presque...avantage non négligeable pour qui veut épier... Le loup se terra donc dans l’ombre, au creux de la pierre, rabattant la capuche de sa tunique sur sa tête...

『』『』『』


Environs trois heures s’étaient écoulées. Le déclin du soleil laissait l’éclat des vitraux à l’abandon dans un rythme monotone et inéluctable. Les derniers visiteurs avaient été conviés avec amabilité mais fermeté à quitter les lieux depuis de longues minutes déjà. Il ne restait plus que quelques vicaires , tout de blanc vêtus, affairés à disparaître derrière des portes ferrées.

« Il me semble que vous pouvez sortir, résonna une voix gutturale et modulée.

Night se redressa, initialement voûté sous le poids de l’attente, puis, sans broncher, sortit de son antre inconfortable en sautant du mètre qui le séparait du sol en marbre. Le bruit de son atterrissage disparu, il se découvrit, repoussant le tissu ample qui masquait son visage, révélant au passage un sourire satisfait.

- Mon Père, dit-il solennellement avec un hochement de tête légèrement incliné faisant transparaître une pointe de malice.

- Monseigneur Ravelle, corrigea aussitôt le vieillard.

- Monseigneur.

- J’ose espérer que vous n’êtes pas assez idiot pour croire que votre numéro de cache-cache passerait inaperçu et que vous l’avez, bien évidemment, fait exprès.

- Bien évidemment. confia-t-il sans laisser paraître le moindre soupçon de vérité ou de mensonge.

- Alors maintenant que vous avez mon attention, que voulez-vous ?

Le vieillard s’avança vers l’autel, dépassant le loup avec nonchalance dans un frôlement d’épaule. L’intrus pivota afin de suivre des yeux son interlocuteur, prenant appui sur la garde son épée sans animosité.

- Des informations Monseigneur, rien de plus.

Il crût entendre un soupir de lassitude alors qu’il distinguait la silhouette de l’homme supposément vertueux faire un signe de croix.

- ...La Cathédrale de l’Archange a été bâtie à la même époque que celle de Reims. Sans la cission entre les deux mondes... Enfin... Elle représente la spiritualité de toutes les créatures magiques à présent. D’inspiration gothique, elle a été construite avec du calcaire lutétien et du marbre italien. Elle mesure 170 mètres de hauteur, 125 de longueur et 50 de large pour une superficie de 6 250m² si vous êtes doué en sciences mathématiques...ce qui fait d’elle...

Night s’autorisa à gravir les marches pour être à la hauteur de l’évêque et le stopper dans son élan de description architecturale primaire. Il amorça un geste de croix, tourné vers l’abside en guise de respect, mais à la vue du vin, de l’ostie, de la Bible, du crucifix et de la nappe blanche immaculée disposés sur l’autel, les muscles du garçon se contractèrent comme un rappel divin.

- ...le plus grand édifice jamais construit au monde. Oui, je sais. Monseigneur, je ne suis pas là pour des leçons d’architecture. Je souhaiterais obtenir des informations sur l’épée de Saint-Michel.

Un silence pesant tomba brièvement. Ni l’un ni l’autre ne se regardait.

- ...Vous avez prêté allégeance à la famille qui dirige cette contrée ?

Le principe d’honnêteté devait-il être la seule option envisageable ?

- ...Non. Mais je suis lié à eux par...

Un serment... songea-t-il violemment en laissant son esprit vagabonder là où le vin se renverse et tâche le tissu vierge sous des respirations haletantes et des bruits de succions obscènes. Puis, un cliquetis, une bague qui en agrippe une autre pendant que les paroles s’enlacent à l’unisson : « Je jure de t’aimer et de te chérir, dans la joie comme dans la peine, dans la santé comme dans la maladie, dans la richesse comme dans la pauvreté, jusqu’à ce que la mort nous sépare. ».

- Eh bien ? Par ? tintinnabulait l’ecclésiastique qui se décida enfin à prêter une oreille attentive à son voisin.

« Tu m’appartiens pour l’éternité. » L’aîné des Elensar se saisit la racine du nez, sourcils froncés, comme prit d’une violente migraine.

- ...une....une amitié. Amitié avec Cloud Strife, l’Héritier.

- Qu’est-ce qui me prouve que c’est vrai ?

La paranoïa était donc de mise. Voilà qui agaçait beaucoup trop rapidement Night. Il devait se ressaisir. L’endroit ne lui réussissait pas. Il releva la tête, reprenant contenance en observant la peau ridé du diacre qui chassa avec efficacité son désir et sa dévotion mal placés.

- Rien ne vous le prouve. Mais je suppose que Cloud ne s’entourerait pas de gens aussi ennuyeux, protocolaires et guindés. Vous êtes sûr que c’est bien son Royaume d’ailleurs ? balança-t-il d’un air incrédule sur-joué. Ah, et si vous voyiez sa coupe de cheveux, vous vous demanderiez comment Dieu a pu se louper à ce point sur la gravité !

Un nouvel ange passa, contrairement à l’humour de Night.

- ...Bien, se résigna Ravelle, et si nous nous promenions un peu ? La marche est saine pour la réflexion.

A ses propres mots, le religieux fit demi-tour.

- Vous voulez dire, au sujet de ses cheveux ?

Le corps rabougri se stoppa un court instant, comme pour signaler que là non plus, la blague ne passait pas, puis il reprit son avancée. Le lycanthrope le suivit et tous les deux s’engouffrèrent dans le déambulatoire.
Côte à côte, ils marchèrent à pas flâneur tout en contemplant les différentes chapelles formant l’absidiale. Chacune dédiée à l’un des quatre archanges, et une, à la Vierge.

- Attendez...

Monseigneur Ravelle, interrompu dans ses pieuses pensées et dans sa marche spirituelle, tourna mollement la tête vers ce qu’il prenait pour un grossier personnage.

- Michel...Gabriel...Raphaël... poursuivit-il. Mais qui est le quatrième ?

- L’Archange de la Lumière, cela va de soi.

- ...Lucifel.

- Incroyable, vous avez donc ouvert une Bible un jour dans votre vie.

- Étonnant de voir que vous célébrez celui qui a voulu faire tomber Dieu par pur orgueil. railla Night avec une grimace de complaisance.

- Nous rendons grâce à sa vertu passée, ni plus, ni moins. Mais revenons-en au motif de votre venue. Il me tarde que vous quittiez cette demeure. Vos manières de couard n’ont clairement pas leur place ici. riposta sèchement l’évêque.

- J’ignorai que ma présence était si peu agréable.

- Vous l’avez imposée. Et je serai bien fou de dire non à un homme armé. répliqua-t-il à nouveau en désignant le pommeau trônant à la taille du loup.

- Même en cas de refus Monseigneur, je puis vous assurer que je ne l’aurais pas utilisée. Et quant à moi je serais bien arrogant de croire un homme d’Eglise incapable de courage. Même s’il m’est arrivé de le déclamer par moquerie.

- ...Même en essayant de produire un compliment vous réussissez à être insolent... Vous êtes quelqu’un de particulièrement contradictoire. Aussi bien dans ce que vous montrez que dans ce que vous faites ressentir.

- Sauf votre respect, la dualité de mon être n’est pas à l’ordre du jour Monseigneur.

- ...hum... L’épée de Saint-Michel donc...qu’est-ce qui vous fait croire que c’est une épée et non pas une lance ? Après tout bon nombres d’iconographies représentent Saint-Michel, un peu comme Saint-Georges, avec une lance.

Ils reprirent leur chemin.

- Le fait que la Royauté est suffisamment orgueilleuse pour vouloir de l’épée comme...instrument de sa mort. Que ce soit sur le champ de bataille ou sur le billot.

- Historien ?

- Non, loin de là, j’accorde beaucoup d’importance à la signification de certaines pratiques voyez-vous...

- Oh, je préfère rester aveugle, sourd et muet par moment. Vous connaissez l’histoire qui lie Saint-Michel et Lucifel, n’est-ce pas ?

- Comme ceux qui ont un minimum de culture générale je présume.

- Ca, mon fils, c’est de la présomption. Quoi qu’il en soit, si l’épée représente le plus souvent la justice ou la bravoure, elle symbolise également la lumière.

- ...

- Qui semble enfin pénétrer votre esprit, vous comprenez ?

- Dieu ayant perdu son « porteur de lumière »...

- Il incarna son ange favori par un artefact. Pour acculer Lucifer, Satan, le Diable, ou quel que soit le nom que vous voulez lui donner, Saint-Michel utilisa cette épée pour le chasser des Cieux, lui rappelant ainsi la toute-puissance qu’il venait de perdre.

- L’épée est donc...

- Ce qu’il y a de meilleur en Lucifel.

- Saint-Michel n’en est pas le propriétaire...ni même Dieu...

Night regarda l’évêque comme s’il venait de découvrir l’origine du monde.  Il reprit aussitôt, faisant encore un énorme bon en avant.

- Pourquoi les Strife en sont-ils les gardiens ?

Le patriarche sursauta, surpris à juste titre par une question à laquelle il ne s’attendait pas.

- Je ne crois pas être obligé de répondre à cette question. Si vous êtes un ami de notre maître Strife, posez la bonne question et partez.

Le grand brun d’un mètre quatre-vingt-un dévisagea la face fripée  qui se tenait à présent devant lui comme pour faire barrage à sa pensée. Il abandonna l’idée d’insister et se recentra sur sa mission première.

- Où se trouve l’épée ?

- Quelle amitié nécessite l’obtention d’une arme ?

- Celle qui souhaite éradiquer le Conseil pour, entre autre, protéger vos maîtres.

- Le Conseil est en effet un danger pour un patrimoine comme le nôtre.

- De fait, je me répète Monseigneur : où se trouve l’épée ?

- Je vous ai dit de poser la bonne question, pas que vous auriez une réponse. Seul un membre direct de la lignée peut obtenir cette information.

Cela était d’une logique et d’une légitimité sans faille. Voilà pourquoi Night ravala son impatience et s’inclina en avant en guise d’excuses respectueuses. Les deux hommes se remirent en marche, quittant le déambulatoire pour le bras sud du transept.
Les vicaires étaient réapparus durant cette courte promenade réflexive : ils s’attelaient à l’allumage minutieux de chaque bougie, sur chaque candélabre ornant la nef.

- C’est ici que nous nous quittons. Night Elensar. lança le vieux ecclésiastique pour paraître poli tout en s’assurant les témoins d’un départ sans accros.

Le lupus ne retint pas un expression d’étonnement et d’incompréhension, cherchant dans sa mémoire défectueuse des traces de ce Monseigneur Ravelle. Fort heureusement pour lui, des explications ne tardèrent pas, lui évitant d’attraper une véritable migraine cette fois-ci.

- Ne soyez pas surpris. J’étais là à chaque couronnement, il faut bien justifier de mon âge ! Votre air de chien de garde et votre prestance nonchalante ne passent pas inaperçus. De même que vos yeux bleus. Vous vous trouviez à chaque fois aux côtés d’un Roi. Soit vous êtes un manipulateur stratégique, soit votre capacité d’adaptation frise la diablerie. Pour les sujets, le seul pouvoir est l’information vous savez.

Le portrait dont Night fut dépeint par le vieil homme à l’allure de septuagénaire tailla un sourire en coin faisant ressortir ses fossettes. Il passa outre, préférant prendre en compte le fait qu’il eût suffisamment de charisme pour interpeller quelqu’un alors que l’attention devait être à l’époque portée sur le suzerain.

- Je me permets une dernière question auprès de l’homme avisé que vous êtes.

- Hm... ? Je vous écoute ?

- Vous ne connaîtriez pas une taverne plutôt cosy dans le coin par hasard ? »

『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』『』


Dehors, l’affluence s’était amoindrie. Les habitants ne semblaient pas apprécier l’absence de clarté. Night observa les quelques marchands aisés qui vagabondaient de çà et de là pendant qu’il détachait sa monture, dont les compagnons étaient partis depuis quelques temps.
Ses yeux s’élevèrent ensuite vers la rosace illuminée et imposante.

« Il va falloir y retourner mon ami... » murmura-t-il au cheval. D’une main douce, il lui  caressa le chanfrein et la joue, tandis que l’autre rabaissait la capuche amble de sa tunique noire sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
 
[ RP Ouvert ] Les prémices d'un long séjour.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un long séjour sur une île déserte [PV Orgim, Elwen, La Renarde et Maldagath]
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Sujet a long terme: ork sauvage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elfs-School ::  :: Royaumes & Domaines :: Royaume des Strife :: Cathédrale de l'Archange-
Sauter vers: